Fondation Hartung-Bergman

English

Donation Anna-Eva Bergman au Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris


Donation Anna-Eva Bergman de la Fondation Hartung-Bergman au Musée d’Art moderne de la Ville de Paris

20 octobre – 19 novembre 2017

Jamais un si vaste et si complet ensemble d’œuvres d’Anna-Eva Bergman n’avait intégré des collections publiques ou privées. Avec 15 toiles, 15 œuvres sur papier, 5 « mini-peintures » et 67 estampes, la Fondation Hartung-Bergman effectue en effet une donation exceptionnelle au Musée d’Art moderne de la ville de Paris, lequel possédait déjà une de toile de 1964 et trois gravures. La donation est motivée par la conviction que le MAMVP, où l’artiste fut présentée lors d’une remarquable exposition en 1977-1978, saura valoriser et diffuser son œuvre.

Alors qu’Anna-Eva Bergman est très représentée, de longue date, dans les institutions norvégiennes, cette donation permet à la France de rattraper son retard et d’accroître, aux échelles nationales et internationales, le regain de notoriété dont l’artiste est l’objet depuis quelques années.

La donation se concentre sur la seconde partie de la carrière d’Anna-Eva Bergman – celle qui est essentielle à ses yeux – alors qu’elle décide après-guerre d’abandonner l’illustration pour se consacrer à « un art d’abstraire », selon sa propre expression, qui va couvrir trois décennies de création (de 1950 à sa mort en 1987). La sélection des œuvres a été pensée et structurée pour permettre de comprendre pleinement la nature et l’évolution de cette production. L’ensemble est non seulement cohérent mais il se veut représentatif des différentes périodes de l’artiste : l’expérimentation et l’élaboration des premiers archétypes formels dans les papiers du début des années 1950 ; la maturation de son vocabulaire non-figuratif et de son utilisation de la feuille de métal dans la seconde moitié des années 1950 ; le développement de thématiques nouvelles et d’une esthétique de plus en plus irradiante dans les années 1960 ; l’épure et la simplification formelles à compter de son installation à Antibes en 1973 jusqu’à 1987. Les 67 estampes permettent, de surcroît, de retrouver chronologiquement le répertoire des thèmes de Bergman et leurs transformations successives, et d’apprécier ses qualités de graveuse. 

La Fondation Hartung-Bergman, par cette prodigalité, répond à sa vocation d’intérêt général et se réjouit de voir Anna-Eva Bergman rejoindre les collections publiques françaises. De nombreux autres projets, parallèles à cette généreuse donation, concourront dans les prochaines années à asseoir définitivement son importance dans l’histoire du XXe siècle. 

Musée d’Art moderne de la Ville de Paris
11 avenue du Président Wilson
75116 Paris
Tél. 01 53 67 40 00
www.mam.paris.fr

Illustration en page d’accueil : Vue de l’exposition au Musée d’Art moderne de la Ville de Paris, octobre 2017 © Pierre Antoine