Fondation Hartung-Bergman

English

"Anna-Eva Bergman, L’Atelier d’Antibes (1973-1987)", jusqu’au 4 juin 2017, Domaine de Kerguéhennec

« Anna-Eva Bergman, L’Atelier d’Antibes (1973-1987) »
Domaine départemental de Kerguéhennec, Bignan (Morbihan)
Du 5 mars au 4 juin 2017

La Fondation Hartung-Bergman s’associe au domaine de Kerguéhennec dans une grande exposition consacrée aux « années d’Antibes » de l’artiste franco-norvégienne, exposition pour laquelle l’institution antiboise prête une soixantaine de pièces. 

L’exposition consacrée à Anna-Eva Bergman (1909-1987) met à l’honneur les œuvres des dernières années, les « années d’Antibes », où elle avait installé son atelier en 1973. Dans des formats de plus en plus grands ou au contraire très petits, ses peintures évoluent avec une précision d’architecte vers des formes simplifiées et une gamme colorée plus restreinte. Elle abandonne la construction de ses toiles au « nombre d’or » qu’elle avait adopté dès le début des années 1950 et qui l’habite maintenant. Alors que les feuilles d’or ou d’argent, pourtant considérées comme sa marque de fabrique, disparaissent souvent à la fin des années 1980, deux nouvelles thématiques enrichissent son répertoire : vague et pluie.

Les années d’Antibes sont aussi celles des grandes expositions et des rétrospectives qui couronnent la carrière artistique d’Anna-Eva Bergman : en 1977 à la Galerie de France à Paris et au musée de l’Abbaye de Sainte-Croix aux Sables d’Olonne ; en 1977-1978 au musée d’art moderne de la Ville de Paris ; en 1979 au Henie Onstad Kunstsenter à Høvikodden en Norvège et au Helsingin Kaupungin Taidekokoelmat à Helsingfors en Finlande ; en 1981-1982 à la Kunsthalle de Düsseldorf et à la Staatsgalerie Moderner Kunst de Munich ; en 1986 au musée Picasso d’Antibes et en 1987 à la Hochschule für Angewandte Kunst à Vienne.

À la fin de sa vie, elle dira à propos de l’un des thèmes favoris de sa peinture : « Il y a un motif qui se présente fréquemment à moi dans ma peinture et que j’ai du mal à refouler, c’est l’horizon. L’horizon signifie pour moi l’éternité, l’infini, le par-delà du connu, là où l’on passe à l’inconnu. Lorsque je contemple mes horizons sur mes tableaux, ils éveillent en moi un désir nostalgique. Mais un désir de quoi ? Je ne parviens pas à le cerner. Il m’habite, mais je ne sais pas le formuler ». Anna-Eva Bergman décède en juillet 1987 ; la dernière toile qu’elle laisse dans son atelier est un horizon.

Un catalogue est publié à l’occasion de l’exposition « Anna-Eva Bergman, L’Atelier d’Antibes (1973-1987) ». Reproduisant l’intégralité des œuvres exposées, il propose également deux textes, signés par Céline Flécheux et Romain Mathieu, et sept « regards » par Laurent Derobert, Maryline Desbiolles, Maurice Fréchuret, Marjorie Micucci, Claire Moulène, Thomas Schlesser et Annette Wieviorka.

Anna-Eva Bergman, L’Atelier d’Antibes (1973-1987)
Co-édition Domaine de Kerguéhennec/Fondation Hartung-Bergman
ISBN 979-10-91494-22-9
25 €

Commissariat d’exposition : Christine Lamothe, responsable expositions et éditions pour Anna-Eva Bergman à la Fondation Hartung-Bergman et Olivier Delavallade, directeur du Domaine de Kerguéhennec.

« Anna-Eva Bergman, L’Atelier d’Antibes (1973-1987) »
Domaine départemental de Kerguéhennec, Bignan (Morbihan)
Du 5 mars au 4 juin 2017
www.kerguehennec.fr